NOTRE APPROCHE

Les causes de la mauvaise condition des sols agricoles sont multiples. Le problème est survenu à partir du moment où nous avons extrait les plantes de leur habitat naturel pour les exploiter en monoculture. Cette approche a largement optimisé les activités de culture et débouché sur une mécanisation généralisée de l’agriculture. La productivité a ainsi progressé de façon spectaculaire et nous avons été en mesure de nourrir de plus en plus de bouches. Mais cette approche présente également des inconvénients, auxquels nous sommes confrontés de plus en plus clairement depuis les dix dernières années. Mettre les plantes dans des conditions de monoculture, une mesure contre nature, et réduire ainsi la biodiversité rend le système agricole plus sensible au stress et aux conditions météorologiques extrêmes. Les plantes stimulant des interactions spécifiques dans le substrat, la biodiversité de surface (dans la plante) débouche sur une diversité de la vie dans le sol. La monoculture engendre une vie unilatérale dans le sol qui rend les plantes moins résistantes aux intempéries. En cas de stress, les maladies et plaies ont plus de prise sur la plante. Pour s’attaquer à ce problème, de nombreux pesticides (chimiques) ont été développés. Parallèlement, l’agriculture s’est mise à vouloir augmenter encore la productivité en utilisant des engrais chimiques. Cela a malheureusement eu des effets secondaires catastrophiques, l’engrais chimique détruisant progressivement la vie dans le sol et arrêtant ainsi la minéralisation naturelle.

FreeSoil rétablit dans la monoculture la diversité des micro-organismes qui caractérisent la polyculture. La monoculture peut ainsi profiter des avantages de la polyculture. En d’autres termes, FreeSoil applique les principes de la sylviculture dans une monoculture.

 

L’idée que nous ne pourrons plus continuer sur la même voie est désormais largement admise par les experts de l’agriculture. Tout comme la pensée selon laquelle nous devons dans les solutions que nous apportons combiner les connaissances et les techniques d’aujourd’hui avec la force de la nature résultant de l’évolution.

Pourquoi FreeSoil dans la viticulture ?

 

FreeSoil est une méthode de culture née dans la viticulture biologique aux Pays-Bas. Du fait de l’interdiction de l’utilisation de sulfate de cuivre et de sulfate de potassium et les restrictions imposées à l’utilisation du souffre, seuls quelques vignobles sont certifiés biologiques aux Pays-Bas. La base de FreeSoil se trouve dans un de ces vignobles, à savoir Domein Aldenborgh à Eys. C’est au terme de 10 années de travail qu’a pu voir le jour une méthode de culture stable sans pesticides ni engrais chimiques. Au cours des dernières années, nous avons sans cesse perfectionné la méthode et nous sommes certains de pouvoir désormais vous proposer un système de culture compétitif.

 

La viticulture est de façon générale souvent dénigrée, notamment en raison des grandes quantités de sulfate de cuivre qu’elle utilise. Les grandes concentrations en sulfate de cuivre affectent directement la santé des sols et présentent selon l’EFSA (European Food Safety Authority) des risques potentiels pour la santé des animaux et des humains. Il semblerait que l’utilisation du sulfate de cuivre soit condamnée à court à de sévères restrictions, voire une interdiction totale.

 

 

De façon générale, les directives relatives aux résidus des pesticides dans les produits alimentaires sont de plus en plus strictes. Grâce au développement d’un logiciel intelligent, il est aujourd’hui possible de déterminer en un tournemain la présence de résidus de pesticides dans les fruits et les légumes. Le secteur de l’agriculture doit voir cela comme un défi les obligeant à passer à court terme à des méthodes de culture non toxiques et respectueuses de l’environnement.